LES INTELLIGENCES MULTIPLES DANS UN SERVICE DE GARDE

Il est plus que probable que les différentes activités proposées dans un CPE ou un Service de garde touchent chacune des intelligences. C’est la base sur laquelle il faut s’appuyer. Il importe cependant d’analyser ce qui est fait afin de déceler les forces et les faiblesses du programme d’activités au regard du cadre des intelligences multiples.

L’observation de ce qui est proposé, pourrait amener à constater que l'action pédagogique insiste ou met l’accent sur certaines activités plutôt que d’autres, ces dernières correspondant à des capacités (lire « intelligences ») moins développées au sein de l'équipe d'intervenants. Ce n’est pas un tort, c’est normal… Cependant comme l'équipe joue un rôle dans le développement des capacités du jeune, il est probable que vous ayez à rééquilibrer l'action afin de faire de la place permettant de toucher ce qui est plus négligé. Les jeunes qui fréquentent le CPE ou le Service de garde ont un cerveau en construction, le programme d'activité doit contribuer à ce développement en tentant de toucher les différentes dimensions du cerveau.

Un CPE est un environnement d’apprentissage. Un apprentissage est une activité structurée poursuivant un objectif précis. Cet apprentissage fait habituellement l’objet d’une planification ne serait-ce que pour l’aspect matériel. Cette planification prend aussi en considération le qui, le pourquoi et le comment. Cette étape est souvent faite inconsciemment. Considérant l'importance de l'action éducative il est opportun d’adopter une stratégie de planification plus élaborée de certaines activités afin d’atteindre des objectifs différenciés spécifiques à chaque enfant. Cela ne signifie pas de réaliser une planification d’activité pour chaque enfant. Cela veut dire que la planification tiendra compte des observations faites et permettra à chaque enfant d’y trouver une occasion d’apprendre et de se développer.

Le mode d’intervention dans un CPE tient de l’aventure ludique plus que de la didactique. On entendra par aventure ludique, le processus d’apprentissage qui s’appuie d’abord sur le jeu, la découverte, le quotidien de l’enfant. L’aventure implique un guide, c’est l’éducateur.

L’apprentissage par le jeu se décline en plusieurs catégories. Chaque catégorie de jeu permet d’offrir à l’enfant des occasions d’apprendre. Voici quelques catégories.

Le jeu kinesthésique met en œuvre le corps dans des activités nécessitant l’utilisation du système musculo-squelettique. Il implique effort et endurance. Il contribue au développement physique, mais il a aussi un lien avec l’équilibre corps-esprit.

Le jeu social vise le développement de compétences sociales. Du jeu solitaire, au jeu parallèle (on fait la même chose, mais chacun de son bord), au jeu associatif (ensemble, mais chacun joue selon ses propres règles) l’enfant progresse vers le jeu coopératif (ensemble, en respectant les mêmes règles, les mêmes buts).

Le jeu d’apprentissage prend appui sur des objets : poupées, blocs de construction, casse-tête, petites voitures, etc. Ces objets permettent à l’enfant de réaliser des apprentissages dans un contexte qu’il maîtrise, qu’il contrôle. Il peut expérimenter, poser des hypothèses, essayer et se tromper sans conséquence.

Le jeu de rôle peut être solitaire. L’enfant discutant avec une poupée ou une peluche, il peut aussi parler au téléphone. Dans ces scénarios l’enfant apprend à négocier, il arrive même à jouer les deux rôles en se répondant. Il se met à la place de l’autre. Le jeu de rôle peut aussi être plus structuré, plus collectif, par exemple une saynète, dans laquelle chacun tient un rôle qui n’est pas le sien.

Le jeu de mots permet de développer des habiletés langagières : jouer avec des rimes, inventer des mots, trouver des mots, raconter des histoires ou des blagues, utiliser des intonations variées, etc. Tout cela permet d’amener l’enfant à apprivoiser cet univers.

Le jeu de création permet de développer l’imagination, mais aussi de découvrir. Cette fonction est la base des processus de résolutions de problèmes. Imaginer une chose, réelle ou fictive, la reproduire, l’expliquer permet à l’enfant d’explorer des avenues nouvelles. La création explore un large champ d’action.