L'INTELLIGENCE VISUO-SPATIALE AU TRAVAIL

Lorsqu’on aborde cette intelligence, les pronoms « quoi » et « ou » s’imposent. Le « quoi » pour l’aspect visuel et le « où » pour l’aspect spatial. Le « quoi » est une représentation que le cerveau se fait de ce qu’il voit et qu’il identifie ou pas. Le « où » situe la représentation dans un espace. En fait, cette intelligence fournit une grande partie des éléments de vocabulaire permettant de décrire un objet. Les formes, les couleurs, les textures, la situation et l’orientation sont autant de dimensions de cette intelligence.

Il y a peu d’entreprise ou d’organisation qui ne se soit dotée d’une identité visuelle. Simple ou complexe, coloré et stylisé, le logo propose un élément de l’identité visuelle d’une organisation ou entreprise. Cette signature visuelle se retrouvera sur différents documents corporatifs, les produits ou l’affichage. C’est, en quelque sorte, une synthèse de ce qu’est l’organisation, il est donc porteur de sens, d’un message. Il est distinctif et lisible sous différents formats. C’est l’un des premiers signes de la présence de l’intelligence visuo-spatiale.

Quelques organisations et entreprises utilisent des uniformes afin de marquer l’appartenance du personnel à l’entreprise, les distinguer. Les policiers, les pompiers, les postiers, certains livreurs, les militaires, les employés de compagnies aériennes, les serveurs de certains restaurants, et plusieurs autres corps d’emplois portent l’uniforme. Ici encore, c’est l’image de l’organisation qui est véhiculée auprès du public. Au-delà de cela, il y a l’aspect pratique de l’uniforme. Un uniforme peut-être esthétique, mais trop chaud, peu confortable, inapproprié dans son style ou sa confection. Un uniforme, comme le logo, cherche à distinguer son porteur. Il suggère un message. Les centres de services automobiles ont compris cela. Les lieux de travail sont propres et les mécaniciens portent souvent des combinaisons ou des vêtements de travail qui sont propres. Le message est simple « nous prenons soin de votre véhicule, nous y faisons attention, vous pouvez avoir confiance ». Rien de complexe, le travail est le même. Ne dit-on pas que l’habit fait le moine… cela est tellement vrai que le refus de porter l’uniforme est l’un des moyens de pression qu’utilisent des groupes d’employés afin de manifester.

Le visuo-spatial s’exprime aussi dans les produits de l’organisation ou de l’entreprise. Que ce soit des brochures ou des meubles, la couleur, les formes voire le design ont leur importance afin de distinguer le produit d’un autre. Vendre du savon dans un emballage noir ne serait sans doute pas approprié. La forme du produit s’avérer pratique. Par exemple un produit liquide de 5 litres ou plus devrait se présenter dans un emballage facilitant le transport et la manipulation. Que dire des dimensions du produit? C’est encore là un aspect visuo-spatial. Il y a une limite à la taille d’un produit périssable ou de consommation courante. Cette limite est évidemment celle de la manipulation manuelle. L’emballage lui-même par sa présentation, sa forme, ses dimensions est en soi un message pour le consommateur. Le marché visé dicte la nature de l’emballage. Un produit simple dans un emballage simple, un produit haut de gamme sera offert dans un écrin approprié.

La publicité et le marketing sont des postes importants de dépenses dans les organisations. La justification est celle de la promotion de la marque, la défense ou le maintien de la notoriété, le développement de marché. Cela implique une grande part de visuo-spatiale. Une affiche publicitaire, un commercial télévisé, un lancement de produit, tout cela, et bien d’autres aspects de la publicité et du marketing, font appel à cette capacité. Or, comme dans toute chose, il y a ici un danger. Dans un univers dominé par la publicité ou le marketing, les consommateurs sont-ils vraiment sensibles à tout cela. Dans un univers dont les valeurs sont de plus en plus individualistes, la publicité et le marketing de masse ont-ils leur place? Comment expliquer que certaines marques prestigieuses n’ont quasiment pas recours au marketing de masse afin de croître? Il y a ici, un peu comme nous l’avons vu pour l’univers logico-mathématique, une importance accordée à des stratégies qui devraient être mieux adaptées aux objectifs. Pourquoi faire de la promotion dans les journaux? Si cette promotion est faite afin de contrer celle de l’entreprise concurrente c’est une erreur. La publicité est un outil d’information et de communication. Lorsqu’on s’arrête à cela, les stratégies prennent une autre orientation. Cela implique que l’on ait identifié le marché cible et, pourrait signifier qu’il n’y aura pas de campagne de marketing de masse, mais une approche ciblée.

L’univers du visuo-spatial est celui de la simultanéité de l’information. Une image vaut mille mots, c’est ce dont il est question, dans la mesure ou l’image est suffisamment signifiante. Une image génère une impression d’ensemble, elle attire l’attention. Rarement, au premier coup d’œil, en fera-t-on l’analyse systématique. Lorsqu’on s’y attardera il se pourrait que l’on constate que la ménagère est une comédienne, que les dimensions dans la pièce dans laquelle elle évolue sont irréelles, que la propreté (ou la saleté) des lieux est impossible, que l’arbre à l’arrière-plan ne pousse pas dans notre région, etc. Ces images ne sont pas faites pour être analysées, mais pour être vues rapidement, furtivement, pour laisser une impression dans notre subconscient. Il y a ici toute une science de la publicité et du marketing. Les festivals de publicités sont l’occasion de constater toute la subtilité et l’imagination déployées pour attirer l’attention, marquer l’imaginaire.

De plus en plus l’intelligence visuo-spatiale d’une organisation prend une dimension virtuelle, via le web. Un site Internet, un portail deviennent des incontournables pour les organisations et les entreprises. Certaines d’entre elles ont une extension de leurs activités dans des environnements virtuels tel « second life » où elles poursuivent leurs activités et perçoivent des revenus réels. D’autres entreprises ou organisations sont virtuelles (au sens où elles n’occupent que la place physique d’un ordinateur ou d’un serveur) ou ne sont accessibles que via le WEB (ex. Amazon). Un bon site web ou un portail doivent répondre aux mêmes principes de communication et d’efficacité que les autres dimensions visuo-spatiales décrites ici.

Rêver en couleur, voir la vie en rose et combien d’autres expressions réfèrent à des couleurs, à des textures, à des dimensions voire à formes. C’est là une belle illustration de la présence de l’intelligence visuo-spatiale dans notre quotidien et dans celui des organisations. En fait, la capacité visuo-spatiale dans l’intelligence organisationnelle est celle de la dimension artistique.

Définition

C’est l’intelligence qui permet de percevoir les besoins à travers ses aspects visuels et dimensionnels. L’intelligence qui permet de communiquer de l’information en utilisant des modes graphiques. C'est la capacité de percevoir et de créer des images mentales, de concevoir des biens et des services. C'est aussi la capacité d’élaborer les outils de la promotion des biens et des services.

Outils

Les matériaux
Les médias de communication visuels
La visualisation

Langage

Les formes, les couleurs, les textures

Fonctions représentatives

Livreur
Graphiste
Webmestre

Notes complémentaires
L’utilisation de topogrammes ou d’illustrations dans des manuels facilite la compréhension