CHOISIR UNE CARRIÈRE

Lorsqu’on s’intéresse à la théorie des intelligences multiples et qu’on l’explore, on constate qu’il est possible de l’exploiter afin de décrire les professions. Chaque profession s’exprime dans des savoirs, des savoirs faire, des savoirs être et des savoirs agir. Ces connaissances, habiletés, attitudes et compétences relèvent de l’une ou l’autre des intelligences décrites plus haut. En fait, une occupation se retrouve généralement au carrefour de trois intelligences.

La première intelligence a trait aux rapports humains. L’occupation requière-elle de l’entregent, d’établir des contacts avec des personnes, etc? En fait, laquelle des intelligences intrapersonnelle ou interpersonnelle est en cause d’une manière prépondérante?

La seconde intelligence réfère à un champ du savoir humain : logico-mathématique, linguistique, kinesthésique, spatiale, musicale, naturaliste. Cette intelligence est prépondérante, c’est le cadre de référence.

La troisième intelligence vient colorer la seconde. Elle exprime un champ d’application ou de spécialisation.

Prenons un exemple simple pour illustrer la chose. On dit de certaines personnes qu’elles sont « auteur-compositeur et interprète ». Ce sont des personnes dont l’occupation requiert qu’elles exploitent simultanément l’intelligence linguistique (auteur), l’intelligence musicale (compositeur) et l’intelligence interpersonnelle (interprète) pour exercer leur profession. Il en est de même dans bien d’autres domaines. Prenons le cas de certaines professions médicales :


Im dominante
Im complémentaire
(spécialisation)
Im personnelle
(communication)
Chirurgien
Logico-mathématique
Kinesthésique (motricité fine)
Intrapersonnelle
Chiropraticien
Logico-mathématique
Kinesthésique (manipulation)
Interpersonnelle
Médecin généraliste
Logico-mathématique
Linguistique
Interpersonnelle
Chirurgien esthétique
Logico-mathématique
Spatiale
Interpersonnelle
Radiologiste
Logico-mathématique
Spatiale
Intrapersonnelle
Praticien des médecines douces
Logico-mathématique
Naturaliste
Interpersonnelle

On note de prime abord qu’il y a une base commune aux professions médicales. Cette base se justifie par le rapport à la démarche scientifique requise dans l’exercice de ces professions. Par la suite, on constate pour chacune des professions la présence d’une seconde intelligence qui vient caractériser la nature du travail à accomplir. Les intelligences personnelles, quant à elles, déterminent le rapport à la clientèle.
Le profil d’intelligence d'un emploi est évidemment indicatif. Rien n’empêche une personne d’exercer l’une ou l’autre de ces occupations. Le profil est cependant utile afin de cerner les différentes compétences qu’une personne mobilisera dans le quotidien. En fait on pourrait affirmer qu’elle offre une certaine garantie de l’adéquation de la personne à l’égard de sa fonction, qu’elle y sera fort probablement heureuse.

Ce que nous savons du développement de l’intelligence porte à croire que tout être humain peut poursuivre son développement durant une bonne partie de sa vie. La quarantaine semble cependant marquer un seuil pour bien des individus, un seuil à deux niveaux. Le premier a trait à l’acquisition de nouvelles compétences qui devient plus difficile, plus ardue. Le second porte sur l’univers professionnel. En effet, il semble qu’une majorité de personnes de ce groupe d’âge occupe un emploi en accord avec leurs capacités… autrement dit leurs intelligences. Cela s’explique aussi par le fait qu’une personne poursuit ses apprentissages en emploi et, conséquemment, développe ses compétences. On observe aussi que plusieurs personnes acquièrent à l’extérieur de leur milieu professionnel de nouveaux savoirs qui finissent par remettre en question l’emploi qu’elles occupent. Autrement dit, le profil d’intelligence d’une personne est dynamique, il évolue. Le rythme d’évolution varie, mais il y a toujours progression (ou régression lorsque la personne vieillit).

Pour accéder aux tableaux déclinant le lien entre les différentes intelligences et des professions, consulter le document suivant:
Belleau, Jacques. Regard Neuf. Québec, Septembre éditeur, 2011.